Quelle école après le 11 mai?


La réouverture des écoles maternelles et élémentaires marque la première étape du déconfinement du pays. Cette décision gouvernementale fait couler beaucoup d’encre. Tous les parents se posent la même question :

Dois-je remettre mon enfant à l’école ? Pour vous aider à répondre à cette question, le mieux est d’être informé sur les conditions d’accueil. Je propose ici une synthèse vulgarisée du protocole sanitaire que l’école doit appliquer et de l’organisation qu’elle mettra en place dès le 11 mai.


L’école ne sera pas comme avant. Le protocole sanitaire1 extrêmement strict oblige la communauté éducative à revoir fondamentalement l’organisation d’une journée de classe, du point de vu physique mais également pédagogique. Alors comment sera cette école ?


Informations générales :

- Dans la plupart des écoles, les enfants de grande section, CP et CM2 retrouveront le chemin de l’école à partir du 12 mai. Suivront les CE1 à partir du 18 mai et les niveaux restant à partir du 25 mai. - Chaque enseignant fixera le nombre d’élèves maximum qu’il peut accueillir selon la superficie de sa classe (4m2 par élève). - Jusqu’à fin mai, des groupes fixes d’enfants seront créés. Chaque groupe sera attribué à un seul enseignant dans la mesure du possible (les niveaux de classe peuvent donc être mêlés et les enfants ne seront pas forcément avec leur enseignant).

Déroulement d’une journée type : l’hygiène avant tout !

L’accueil : À l’arrivée de l’enfant devant l’école, une ATSEM ou un enseignant fera passer l’enfant aux sanitaires pour le lavage des mains puis il sera conduit à son groupe, dans une classe. Aucun adulte ne sera autorisé à entrer dans l’école.

En classe : L’enfant sera placé à une table isolée avec un jeu ou un travail. Il aura son propre matériel. D’après le protocole « Si un matériel doit être transféré d’un élève à un autre élève, procéder à un nettoyage de désinfection. » En raison du temps nécessaire à cette désinfection, les jeux seront très limités. Les déplacements seront aussi limités et un sens de circulation sera fléché au sol (même pour les maternelles). Je vous laisse imaginer... Toujours en maternelle, les jeux pouvant être manipulés à plusieurs (poupées, dinettes, jeux de construction...) seront supprimés.

Les récréations : Elles seront échelonnées pour que les groupes ne se croisent pas. Dans la cour, les enfants devront respecter les gestes barrières et la distanciation physique. Les structures de jeu, les ballons, les vélos, les jouets collectifs... bref : tous les objets seront interdits à moins de les désinfecter à chaque échange (Rire !!). Les enseignants devront veiller à cela, équipés d’un masque, quitte à raccourcir les récréations. Ils essayeront de développer les jeux de mimes, de devinettes ou autres jeux sans contact. La classe sera nettoyée à chaque fois que les élèves sortiront (matin, récréation, cantine, soir).

Quels apprentissages ?

Avec de telles restrictions, il est légitime de se demander ce que vont faire les enfants en classe. Pour les plus grands, souvent déjà assis toute la journée, des révisions dans les domaines fondamentaux seront possibles en cours magistraux. Il faut voir ces moments de classe comme des temps de consolidation des acquis pour certains ou des cours de remise à niveau pour d’autres (pour une fois que les effectifs seront décents, il faut bien en profiter!). On oublie la peinture, les jeux de manipulation, les instruments de musique ou l’EPS (si ce n’est la course à pied). Pour la maternelle en revanche c’est une autre paire de manches, le jeu et la manipulation étant l’essence même de cette école. Alors doit-on revenir au siècle des fiches à gogo ? Laisser un enfant avec un seul jeu par demi-journée car l’Atsem ou l’enseignant ne pourra pas faire un nettoyage approfondi à chaque manipulation ? Des lectures, des films, des chants ou toutes autres activités distancielles seront probablement proposées. De quoi combler une journée ? À voir. N’oublions pas d’ajouter à cela une rotation des groupes 1 jour/1jour ou 2 jours/2jours. Alors peut-on qualifier cela « d’école » ?

Et la continuité pédagogique des enfants qui vont rester chez eux ?

Si ma description des merveilleuses conditions d’accueil des enfants fait peser votre balance du côté « je garde mon enfant à la maison », la question de la continuité pédagogique se pose alors. Jusqu’à présent, l’enseignant de votre enfant vous faisait parvenir du travail comme il le pouvait. Avec sa probable reprise en classe, il ne pourra plus (et n’aura plus) à assurer la continuité pédagogique de ses élèves à la maison. Ce sera un enseignant (de l’école ou pas !) qui ne pourra pas revenir en classe pour des raisons de santé, qui assurera la « continuité pédagogique ». Enseignant qui ne connaitra pas forcément l’avancée du programme de la classe et qui ne connaitra probablement pas votre enfant.

En souhaitant bien du courage aux enseignants sur le front, aux parents qui continuerons l’école à la maison et surtout à nos enfants qui, pour moi, ne sont pas au cœur de cette « école ».


Mise en ligne par MONTESSORI DU 47

Écrit par Melissa VERA

7 vues

Emilie BOUILLOT

Montessori du 47

ADRESSE

7 rue alphonse de lamartine

47510 Foulayronnes

contact@emiliebouillot.com

T : 06 50 07 24 01