Le modèle éducatif scandinave !

Mis à jour : mars 26


Souvent couvert d’éloges, les pays scandinaves ont la réputation d’avoir un très bon système social, économique, politique et surtout éducatif. La dernière évaluation PISA, mesurant l’efficacité des systèmes éducatifs, classe la Finlande 5ème sur les 70 pays évalués.


Mais quel est leur secret ?


Curieux d’en savoir un peu plus, nous nous sommes renseignés sur le système de deux de ces pays d’Europe du nord.


En Finlande


Les écoles finlandaises bénéficient d’une gratuité que ce soit pour l’enseignement, le matériel et même la cantine ! Le but du gouvernement est de permettre une égalité parfaite entre les enfants. Parlons gouvernement justement... Le système éducatif finlandais est décentralisé avec un petit ministère. Financièrement, cela permet d’injecter l’argent pour l’école, l’éducation et les enfants. Pédagogiquement, les écoles peuvent s’adapter à leurs élèves sans subir les pressions du ministère et de leurs évaluations. Il n’y a pas non plus de carte scolaire obligeant les parents à scolariser leurs enfants dans l’école du quartier. Pourquoi ? Pour une plus grande liberté qui n’est pas sans conséquence pour les écoles. Elles sont mises en concurrence. En France, les avis sont divergeant sur ce fonctionnement néanmoins les écoles restent dynamiques et transparentes pour ne pas « perdre » leurs élèves. Dans ce système, l’enfant est au cœur de l’éducation : il faut être enfant avant d’être élève.


Les grandes lignes d’une classe Finlandaise :


- Des objectifs choisis par enfant (non par classe)

- Un suivi individuel et beaucoup de travaux de groupe

- Une école démocratique, ouverte sur l’extérieur

- Pas de silence dans les classes mais des casques anti-bruit

- Apprendre l’autonomie, le sens des responsabilités et à penser par soi-même

- Des auto-évaluations pour devenir des êtres responsables

- Moins d’heures de cours et plus d’activités sportives et culturelles : pas de classe après

14h avant 10 ans

- Un long tronc commun de 7 à 16 ans


En Norvège


La flexibilité des classes norvégiennes est bien différente des classes françaises très structurées. Il n’y a pas de classes par niveau et donc pas de redoublement. Des groupes sont constitués selon le niveau par domaine d’enseignement. Ce fonctionnement permet de valoriser le travail de groupe et de s’adapter à chaque individu. Ainsi, un élève qui connaît des difficultés n’est pas en situation d’échec. On lui accorde plus de temps pour acquérir des compétences. Ces groupes « classes » comptent en moyenne 11 élèves.


Le tronc commun s’étend de 6 à 13 ans. Il n’y a ni BAC ni brevet mais un examen en fin de chaque année scolaire sur une seule matière et sans incidence sur la suite de la scolarité. Des cursus spécialisés pour les étrangers et les enfants en situation de handicap sont mis en place au sein des écoles pour favoriser l’hétérogénéité en s’adaptant à leurs besoins. Les écoles privées complètent les publiques dans les programmes officiels avec des disciplines en plus pour des formations professionnalisantes. Eviter la distinction fille/garçon est même testée dans plusieurs écoles.


Mise en ligne par Montessori du 47

Écrit par Mélissa VERA

188 vues

Emilie BOUILLOT

Montessori du 47

ADRESSE

7 rue alphonse de lamartine

47510 Foulayronnes

contact@emiliebouillot.com

T : 06 50 07 24 01