Déconfinement en crèche, en mam ou chez l'assistante maternelle, comment faire ?!


En vue d’un déconfinement progressif, les professionnels de la Petite Enfance se préparent à rouvrir les lieux d’accueil du jeune enfant. Cette situation inédite est source d’inquiétudes légitimes, et de nombreux questionnements sur cet accueil qu’il va falloir complètement repenser. Elle pose aussi, entre autres, la question de l’accès aux jouets.


Les jouets devront être nettoyés quotidiennement et plusieurs fois par jour. Il sera donc essentiel de proposer des jouets faciles et rapides à entretenir. Et oui, les tout-petits découvrent le monde qui les entoure par la bouche. Les empêcher de porter à la bouche, c’est les empêcher d’explorer, d’analyser, de comprendre leur environnement. C’est une entrave à leur éveil. Pour découvrir, le bébé doit d’abord porter à la bouche et seulement après, il pourra mettre l’objet à distance pour le regarder et le manipuler.

Dans ce contexte, il est alors intéressant de proposer peu de jouets en même temps, mais de les renouveler régulièrement. L’intérêt est double. D’une part, cela va faciliter l’entretien des jouets pour l’adulte. D’autre part, le fait de proposer moins (mais mieux !) permet de revenir à la base du jeu pour le jeune enfant. En effet, en proposant moins de jouets, l’adulte va devoir faire un tri important, et s’interroger sur ce qu’il va laisser en accès libre, en se basant sur sa connaissance des différents stades du développement des enfants accueillis. Cela oblige ensuite à prendre le temps pour observer l’enfant jouer, en s’appuyant sur une observation fine : Quel est son intérêt du moment ? Comment joue-t-il ? Quels nouveaux jeux ou jouets peuvent l’aider à évoluer, à progresser? Quant à l’enfant, si peu de jouets sont disponibles, il prendra le temps de les découvrir et d’explorer toutes les possibilités de jeux possibles. Il lui faudra alors chercher et comprendre à quoi cet objet peut servir, notamment en répétant par des essais-erreurs, imaginer ce qu’il peut en faire, détourner cet objet pour enrichir ses expériences ou s’inventer un jeu inattendu ! Sophie Marinopoulos, psychologue, regrette que les enfants soient trop souvent submergés de jouets, ce qui favorise un comportement de zapping : l’enfant va manipuler son jouet, mais va le délaisser très (trop) rapidement pour passer à un autre, et encore à un autre. Il papillonnera ainsi sans investir ses jouets. Il fera donc très vite le tour de ce qui se trouve autour de lui et va rapidement être déçu, s’ennuyer, et réclamera encore autre chose. Il se trouve alors privé de ce que S. Marinopoulos appelle l’expérience de l’activité ludique, ce qui lui est pourtant essentiel pour grandir.

Ainsi, en proposant moins de jouets, vous permettez à l’enfant de développer sa concentration, mais aussi son attention, cette faculté à se consacrer entièrement à un objet afin de mieux le mémoriser et assimiler ses différentes fonctions. Puis, en renouvelant régulièrement les jouets à disposition, vous stimulez la curiosité naturelle de l’enfant, l’effet de surprise ou le plaisir de retrouver un jouet oublié, et de toujours continuer à nourrir cette soif d’exploration et de découverte.

Mise en ligne par MONTESSORI DU 47

Écrit par Pascale MARTRE Source : MARINOPOULOS, Sophie. Jouer pour grandir. Editions Fabert, 2013, 64 pages

11 vues

Emilie BOUILLOT

Montessori du 47

ADRESSE

7 rue alphonse de lamartine

47510 Foulayronnes

contact@emiliebouillot.com

T : 06 50 07 24 01